jeudi, novembre 30, 2006

Gare à iAdware !

Encore une histoire d'adware pour Mac OS X. Cette fois, c'est l'éditeur d'antivirus F-Secure qui le signale sur son blog. De quoi s'agit-il ? De ce qu'on appelle un "proof of concept", c'est à dire une manipulation qui tend à prouver qu'on peut le faire. Faire quoi ? Installer, à l'insu de l'utilisateur de Mac OS X, un programme qui lancera automatiquement le navigateur Web pour afficher des fenêtres de publicité. Le programme en question s'installerait dans la bibliothèque de l'utilisateur, ce qui ne nécessite pas de s'identifier par un mot de passe.
Bien entendu, plusieurs journaux se sont emparé de l'affaire (qui pour l'instant n'a donné lieu à aucun témoignage) pour en déduire que "La sécurité de Mac OS X [est] de plus en plus contestée", comme titre l'Expansion dans un article alarmiste qui conclut que "l'heure n'est pourtant pas à la panique", admettant que "la différence est grande entre la découverte de « preuves de concept », comme iAdware, et leur application", et que "même dans ce cas, les dangers sont minimes" ! Chapeau.
Par la même occasion, d'autres articles, comme celui des Echos du Net, indiquent que "Secunia, un spécialiste de la sécurité informatique, a détecté une faille sur Mac OS X. Cette faille permettrait au pirate de monter en droit sur l'ordinateur cible, mais, au vu de son fonctionnement, le pirate devra être devant votre machine pour exploiter la faille." Ce qui n'est pas sans rappeler le fameux virus belge, un message électronique qui demandait au destinataire de sélectionner l'icône de son disque dur et de choisir la commande "Initialiser le disque"...
Alors ? Alors, évidemment Mac OS X n'est pas une forteresse inexpugnable. Evidemment, des millions de lignes de code contiennent forcément des failles. Evidemment que tout utilisateur de Mac doit se montrer un minimum prudent et adopter des règles de sécurité élémentaires.
Seulement voilà : aucune des catastrophes annoncées n'a jamais été observée. Mieux : toutes ces nouvelles alarmistes relevant de la théorie, elles laissant suffisamment de temps aux programmeurs pour corriger leur code. Apple publie régulièrement des mises à jour de sécurité. Et ce, avant que la faille ne soit exploitée, à la différence d'autres éditeurs qui attendent que le problème soit largement répandu et médiatisé avant d'intervenir...

4 Commentaires:

Anonymous Anonyme a écrit...

Les vrais trous de sécurité du Mac, c'est quand on veut changer un composant (disque dur naze, lecteur de DVD grippé...). Les données du Mac, en général, ne risquent rien. Le porte-monnaie de l'applemaniaque, en revanche... :-b

--
Poil de lama

30 novembre, 2006 15:58  
Blogger DS a écrit...

Trou de sécurité ? Euh, je vois pas là !
Mais en ce qui concerne le porte-monnaie, il y a belle lurette que les composants sont au même prix que ceux des PC puisque ce sont les mêmes...
Sur mon PowerMac, j'ai changé de disque dur pour un 160 Go : ben c'est un bête Maxtor IDE, acheté en promo chez RueDuCommerce. J'ai aussi échangé le lecteur de DVD pour un graveur Sony double-couche, acheté au rayon PC de la Fnac.
Aucun problème depuis.
Enfin, on peut jeter un coup d'oeil sur le dernier SVM Mac qui tord le cou aux idées reçues sur la question du prix des Mac : l'enquête conclut qu'à configuration égale, un Mac coûte moins cher qu'un Dell ou un Sony Vaio...

30 novembre, 2006 17:31  
Anonymous Anonyme a écrit...

On peut aussi dire que les trous de sécurité sur Mac vont se multiplier maintenant qu'ils font tourner Windows... Mais bon, ça ne concerne pas vraiment Mac OS X.

Greg.

30 novembre, 2006 17:32  
Anonymous Anonyme a écrit...

Les composants sont les mêmes... sauf ceux qui sont différents. Pour une tour, il n'y a pas trop de problème (encore qu'un clavier, un moniteur et une souris de Mac, ça a au moins un look spécifique, et qui se paie bonbon, surtout si on ne veut pas renoncer au logo à la pomme). Mais pour les modèles compacts (lampe de bureau, boîte de pizza, portable), les composants bien miniaturisés (lecteur-graveur, en particulier) ne sont pas des modèles hyper-courants, et par ailleurs peu d'utilisateurs se risquent à ouvrir eux-mêmes le ventre de leur machine -- or l'intervention d'un technicien (même incompétent, surtout incompétent) coûte TRES cher. Ne pas oublier non plus que quand on a besoin de changer un de ces bazars, c'est parce qu'il est très vieux, donc bien souvent on s'aperçoit qu'on ne peut plus le trouver qu'à un prix très supérieur à sa valeur résiduelle -- quand on a la chance de le trouver. C'est pour ça qu'on n'est pas aussi en sécurité qu'on le prétend en achetant du matériel Apple, sauf à le renouveler aussi souvent que si c'était du matos de bas de gamme. Cela dit, j'en conviens, on a le même genre de problème avec toutes les machines compactes, de cette marque ou d'une autre, et en particulier avec les Vaio. Les Macs sont dangereux pour le porte-monnaie, mais c'est le cas de toutes les machines chicos.

--

Poil de lama

01 décembre, 2006 10:55  

Réagir | Masquer les commentaires

mercredi, novembre 01, 2006

La vie sans Word

Situation banale : vous avez un Mac (ou vous venez de l'acheter), des documents Word dans un coin (ou des copains qui vous en envoient) et... vous ne trouvez pas Word sur votre ordinateur (si ce n'est éventuellement une version d'évaluation qu'il faudra payer après quelques jours d'essai).
Que faire ? Courir chez le revendeur le plus proche et lui faire un chèque de 250 ou 300 euros pour acquérir le traitement de texte tant convoité ? Demander à un "copain qui s'y connait" de vous en installer une version (d'origine douteuse) ? Perdre du temps sur des réseaux alternatifs à la recherche dudit logiciel (d'origine tout aussi douteuse) ?
Non. Les Nouvelles de "Localhost" vous apportent la réponse : pensez à des solutions de substitution.
Inutile d'encombrer votre disque dur avec Word, qui ne cesse de s’alourdir (75 Mo pour l'installation minimale et 160 Mo par glisser-déplacer !), qui coûte cher et qui se distingue par une quantité de fonctions inutiles, d'automatismes redoutables et par une perméabilité aux virus de macros.
Savez-vous d'abord que vous pouvez directement ouvrir un document Word dans TextEdit, fourni en standard avec Mac OS X, et même enregistrer vos textes au format Word à partir de ce même logiciel ? Essayez. Le résultat n'est pas toujours parfait pour les mises en page complexes ou les tableaux, mais au moins, ça marche.
Si vous êtes plus exigeant, voyez du côté des clones de Word comme AbiWord, de produits plus malins comme Nisus Writer Express, ou encore de logiciels originaux et bon marchés comme Mariner Write et Mellel. Tous sont compatibles avec Word et s'affichent en français. Et ils sont soit gratuits soit disponibles dans des versions d'essai. Faites donc le test.

  • AbiWord, véritable clone de Word. Gratuit, polyglotte et bien pratique pour les habitués de Word.
  • Mariner Write, env. 50 euros, le plus léger, rapide et très riche.
  • Mellel, env. 32 euros, plus original et destiné davantage aux pros de l'écriture
  • Nisus Writer Express, env. 50 euros, le plus sophistiqué du lot, et l'un des plus agréable à utiliser.

    Pensez aussi aux logiciels intégrés comme OpenOffice.org, un clone gratuit de Microsoft Office qui reprend toutes les fonctions de Word, d'Excel et de PowerPoint mais qui, pour l'instant, ne fonctionne que dans l'environnement X11. Il en existe une adaptation en Java pour Mac, baptisée NeoOffice/J. Enfin, pour les débutants, le sympathique freeware StevePerfect, qui sert de traitement de texte, de logiciel de courrier électronique et de lecteur de documents audio et vidéo, malheureusement en anglais seulement, ou encore Ragtime Solo, qu'on trouvait il y a peu dans une version gratuite (j'ai l'impression que ce n'est plus le cas), et qui cumule des fonctions élaborées d’édition et de mise en page, de calcul, de création de graphiques et de gestion de données, le tout sur le même document.
    Et puis, il existe une quantité de petits éditeurs de texte, comme BBEdit, Style, Text-Edit Plus, jEdit, LightWayText, etc. Mais soit ils sont uniquement en anglais, soit ils ne reconnaissent pas les documents Word.
  • 2 Commentaires:

    Anonymous JChris a écrit...

    Pour ma part, c'est TextEdit à 95 %…!!
    Mais excellent rappel…!

    01 novembre, 2006 21:00  
    Anonymous Anonyme a écrit...

    Tu as oublié Pages, le logiciel d'Apple, qui sait lire aussi les documents Word en respectant le formatage, et qui permet par ailleurs de faire de très belles mises en page. C'est maintenant mon traitement de texte préféré.

    Fred

    02 novembre, 2006 08:55  

    Réagir | Masquer les commentaires


    Archives|

    |Accueil
    Google